Carnet 11 bis : Turku la déchue retrouve son rang de capitale le temps d’une année dédiée à la culture

Ce carnet de voyage se compose pour chaque ville d’un court billet décrivant une impression ressentie dans les capitales européennes ou d’un thème évoqué lors de mes rencontres avec leurs habitants.

Fondée en 1229 par la Suède sous le nom d’Åbo, Turku a été la capitale finlandaise jusqu’en 1812. Le vaste château présente quelques étapes de l’expansion de la ville, dont certains vestiges médiévaux sont visibles sous le musée Aboa Vetus & Ars Nova.

depuis toujours, Turku s’est développée autour du fleuve Aura, présenté comme l’âme de la ville. C’est là que sont amarrés quelques beaux bateaux et que se trouvent la plupart des sites culturels.

Pour le reste, le nord du fleuve est assez inclassable : une sorte de ville du Far West avec de larges avenues, une sympathique place du marché abritant une église surplombée d’un dôme argenté un peu kitsch.

Vexée d’avoir perdu son rang de capitale finlandaise au profit d’Helsinki lorsque la Russie a occupé le pays à partir du début du dix-neuvième siècle, Turku est très fière d’être l’une des deux capitales européennes de la culture 2011 (avec Tallinn).

La ville mérite surtout d’être traversée avant ou après la formidable croisière qui relie Turku à Stockholm.