Carnet 14 : Vilnius la méridionale est reliée aux deux autres pays baltes par une communauté de destin

Ce carnet de voyage se compose pour chaque ville d’un court billet décrivant une impression ressentie dans les capitales européennes ou d’un thème évoqué lors de mes rencontres avec leurs habitants.

Dans sa présentation des différences entre la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie, Vytenis a décrit son pays comme « l’Italie des pays baltes ». C’est exactement l’impression que j’ai eue en découvrant le centre historique de Vilnius. L’arrivée des températures estivales dans la capitale lituanienne après vingt jours plus frais en Scandinavie, en Estonie et en Lettonie n’a fait qu’accentuer ce sentiment quasi méditerranéen !

Sur le plan architectural, Vilnius n’a rien de comparable avec les remparts de la vieille ville médiévale de Tallinn ou les immeubles Art Nouveau de Riga. Contrairement à ses deux voisins septentrionaux, la Lituanie est majoritairement catholique. Par conséquent, les principales attractions des ruelles du centre-ville sont de belles églises baroques et l’impressionnante cathédrale.

Au final, ce qui rassemble le plus les trois pays baltes est la similarité de leur historique politique. Intégrées à l’Empire russe au XIXe siècle, les populations baltes ont lutté parallèlement contre le régime tsariste pour obtenir la reconnaissance de leur autonomie et de leur langue. Les trois pays ont ensuite connu une brève indépendance dans l’entre-deux-guerres, avant d’être disputés par l’Allemagne nazie et l’URSS au cœur de la Seconde guerre mondiale. Constituées en républiques socialistes satellisées à la toute-puissante Moscou de 1945 à 1990, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie se sont retrouvées dans une résistance commune à l’occupation et à la répression soviétiques.

Un symbole de cette communauté de destin reste gravé dans le sol qui sépare la cathédrale de Vilnius de son beffroi : l’inscription Stebuklas (le miracle), à l’endroit d’où serait partie la « voie balte », cette formidable chaîne humaine de six cents kilomètres entre Vilnius, Riga et Tallinn qui a réuni deux millions de personnes le 23 août 1989, lors du cinquantième anniversaire du Pacte germano-soviétique.

Deux ans plus tard, les trois pays baltes obtenaient enfin leur indépendance, avant de rejoindre conjointement l’Union européenne le 1er janvier 2004.