Carnet 18 : Bratislava la jumelle est au cœur de l’histoire contemporaine du continent européen dont elle est le centre géographique

Ce carnet de voyage se compose pour chaque ville d’un court billet décrivant une impression ressentie dans les capitales européennes ou d’un thème évoqué lors de mes rencontres avec leurs habitants.

Vue sur la rive soviétique depuis le château

 

Quelle histoire incroyable que celle de Bratislava ! La petite capitale slovaque ne peut certes pas rivaliser avec Prague et Vienne, ses deux voisines resplendissantes, mais, pour avoir franchi le Rideau de fer qui la séparait de Vienne et s’être affranchi de la tutelle qui la rattachait à Prague il y a vingt ans à peine, elle possède une réelle importance symbolique.

Séparées de quelques 65 kms, Vienne et Bratislava sont aujourd’hui les deux capitales les plus proches au monde. Elles étaient pourtant les plus éloignées d’Europe il y a encore vingt-cinq ans, quand l’infranchissable Rideau de fer passait entre elles. Des dizaines de Tchécoslovaques ont péri en tentant de remonter le Danube vers l’occident et la liberté promise. La situation n’est pas comparable à l’opposition Berlin est/ouest, puisque les deux parties de la ville allemande étaient directement confrontées l’une à l’autre. Dans le cas de Vienne et Bratislava, les deux côtés du mur s’ignoraient. D’ailleurs, Bratislava souffre toujours de l’orientation de Vienne, naturellement plus attirée par le reste de l’Autriche et l’Allemagne à l’ouest, alors que l’accroissement des échanges régionaux vers l’est profiterait énormément à la capitale slovaque.

Avec Prague et la République tchèque, la relation est différente. La Tchécoslovaquie a été créée en 1918 lors du démantèlement de l’empire austro-hongrois. Possession hongroise envahie à différentes périodes, notamment par la Pologne et l’empire ottoman, la Slovaquie n’avait jamais réellement existé de manière indépendante et durable. Les jeunes slovaques n’expliquent d’ailleurs pas la partition de l’ex-Tchécoslovaquie autrement que par la rivalité de deux hommes politiques ambitieux (Vaclav Klaus côté tchèque et Vladimir Meciar côté slovaque) qui ont profité du chaos ambiant lors de la chute du bloc soviétique pour se répartir le territoire dans une quasi indifférence.

Aujourd’hui, Bratislava affirme être située au centre géographique de l’Europe. Elle est également au coeur de l’histoire contemporaine européenne puisqu’elle comprend une partie occidentale comprenant le château et des églises anciennes au nord du Danube et un champ d’immeubles soviétiques peu inspirés au sud du fleuve. Ainsi, si ce n’est pour en apprécier la beauté intrinsèque, la capitale slovaque mérite une escale depuis ses fausses jumelles Vienne ou Prague afin d’en saisir toute la symbolique.