Carnet 21 : Budapest la dépolitisée rappelle que l’Europe doit rester vigilante sur ses valeurs démocratiques

Ce carnet de voyage se compose pour chaque ville d’un court billet décrivant une impression ressentie dans les capitales européennes ou d’un thème évoqué lors de mes rencontres avec leurs habitants.

Le Parlement hongrois est incontestablement l’un des plus beaux monuments d’Europe (profitez-en, sa visite est gratuite pour les ressortissants de l’Union européenne). En revanche, la situation politique de la Hongrie est préoccupante. Lors de mon passage à Budapest, le pays achevait sa présidence semestrielle de l’Union européenne. J’avais en mémoire la récente création par le gouvernement de Viktor Orban d’une autorité de régulation des médias et des communications aux motivations très controversées.

Je suis resté bien trop peu de temps en Hongrie pour me faire un réel avis sur la dangerosité de cette menace, mais les jeunes Hongrois que j’ai rencontrés ont évoqué à plusieurs reprises la corruption de la classe politique et économique, la montée de l’extrême droite et du racisme, voire même pour certains, la censure organisée par le pouvoir en place.

Comme dans de nombreux autres pays, la jeunesse hongroise semble se désintéresser massivement de la politique en général, et de l’Europe en particulier. Aux dires de mes interlocuteurs, une part conséquente de cette jeunesse pessimiste est sensible au discours des partis nationalistes.

Le rapport nostalgique des Hongrois à leur histoire est bien résumé par Maté dans son interview : ancienne grande puissance, la Hongrie a perdu toutes ses guerres modernes et raté toutes ses révolutions. Une date reste marquée au fer rouge dans la mémoire collective : le traité du Trianon de 1920 au cours duquel les vainqueurs de la Première Guerre mondiale divisent l’empire austro-hongrois en laissant d’importantes minorités hongroises dans les actuelles République tchèque, Slovaquie et Roumanie.

C’est en partie grâce à l’Europe que les Hongrois pourront trouver un certain apaisement dans leurs relations avec leur propre histoire et avec leurs voisins. A condition de démontrer à sa population l’importance de la politique et l’utilité de l’Union européenne.