Réponses d’Elise Raout, étudiante française à l’Institut d’études européennes de Paris 8

Elise m’a contacté il y a quelques jours au sujet de ses recherches de M2 « Politiques et gestion de la culture en Europe » à l’Institut d’études européennes de l’Université Paris 8. Réciproquement, Elise a accepté de répondre aux questions que j’ai posé aux jeunes rencontrés à travers l’Europe. N’hésitez pas à en faire de même et à m’envoyer vos réponses par email.

 

Qui es-tu ?

Elise Raout, 31 ans, Limoges (temporairement), stage de communication dans le cadre de mon Master 2 « Politiques et gestion de la culture en Europe » à l’Institut d’études européennes de l’Université Paris 8.

 

Peux-tu nous dire en quelques mots ce que l’Europe représente pour toi ?

C’est mon pays ! C’est le premier pas vers la Paix mondiale, et même si je trouve qu’il y a des erreurs et des égarements (dans la politique économique notamment), l’Europe reste un des plus beaux projets de l’humanité et je suis fière d’en faire partie.

 

Que dit-on de l’Europe autour de toi ?

Mes amis issus du Master sont tous des euro-convaincus. Nous sommes davantage concernés par l’aspect culturel de l’Union européenne. En-dehors de mon cursus, les gens autour de moi sont beaucoup plus critiques du projet économique européen. Ils se sentent peu concernés par les questions qui moi, m’intéressent.

 

Peux-tu nous raconter ton meilleur souvenir / ta meilleure expérience de l’Europe ?

J’ai partagé une maison avec des étrangers pendant 4 ans, au Danemark. La première année en tant qu’étudiante ERASMUS et ensuite, parce que j’avais décidé de rester et de travailler au Danemark. Les colocataires changeaient régulièrement, car ils étaient des étudiants. C’est en vivant ainsi avec des européens et des non-européens sous le même toit que j’ai pris conscience pour la première fois de l’existence d’une identité européenne. Et cette expérience n’aurait pas été possible sans le programme ERASMUS et l’existence de la zone Schengen.

 

Peux-tu nous présenter un monument de Paris que tu trouves particulièrement symbolique de la ville ?

Symbolique de la ville pour les touristes, je dirais évidemment la Tour Eiffel. Symbolique de la ville pour les parisiens, je dirais le parc de La Villette et les bords du canal Saint Martin. C’est là qu’ils se retrouvent le dimanche pour pique-niquer et jouer, bavarder… Récemment il y a eu un arrêté visant à interdire l’alcool au parc de La Villette, ce qui a donné lieu à un mouvement citoyen pour empêcher cet arrêté. Je ne sais pas s’il est passé ou non finalement… Mais cela montre l’importance du lieu pour les parisiens.

 

Penses-tu qu’il existe une identité européenne ? Si oui, quels en sont les éléments constitutifs ?

Oui, je pense qu’il existe une identité européenne. Je pense qu’il s’agit entre autres d’une conscience accrue de l’Histoire, de l’importance du passé sur notre présent. Un jour un Américain m’a dit « in Europe 100 years in not old, and in the States 100 km is not far. »  C’est tellement vrai ! Nous n’avons pas le même rapport au temps et à l’espace. En Europe nous avons l’ habitude d’être entourés d’autres langues, d’autres cultures, et de faire avec les malentendus que cela implique, le tout dans un espace géographique très réduit. C’est ce rapport au temps et aux autres qui nous distingue je pense.

 

Parmi les œuvres culturelles représentatives de ton pays, laquelle/lesquelles souhaiterais-tu faire découvrir aux autres Européens ?

Je crois que l’œuvre culturelle que j’aime le plus partager est l’art tellement français de débattre de tout pendant de longs repas !

 

Inversement, quelle œuvre culturelle issue du patrimoine des autres Etats membres de l’UE t’a-t-elle le plus marqué(e) ?

J’aime beaucoup l’humour danois et le cynisme que l’on retrouve dans leur cinéma. La résistance culturelle développée par les Tchèques m’a également beaucoup marquée, dans la sauvegarde de leur langue notamment.

 

De quels autres pays Européens te sens-tu le plus proche / le plus lointain, et pourquoi ?

Je me sens très proche de l’Allemagne pour leur respect des règles communes tout en accordant une grande liberté individuelle à chacun. Je me sens aussi proche des danois, pour avoir vécu là-bas; leur défiance vis-à-vis de l’Europe est un rappel permanent de l’écoute empathique qui doit/devrait avoir lieu au sein des institutions afin que chacun se sente concerné par le projet européen.

Je me sens très éloignée de la Grèce, pour n’y être jamais allée et pour des raisons purement géographiques.

 

L’Europe a-t-elle des frontières ? Si oui, lesquelles et sur quelle base les définis-tu ?

Pour répondre à cette question je vais lâchement utiliser les mots de Erbil Eturk, dont la réponse m’avait tout simplement fait extrêmement plaisir, encore plus parce qu’elle venait d’un Turc.  « L’Europe s’arrête là où s’arrête la réflexion européenne » ; donc l’Europe s’est arrêtée aux portes de certains français, britanniques, … alors qu’elle s’étend déjà chez certains Turcs ou chez certains Croates.

 

Quel est, selon toi, le problème le plus important de l’Europe aujourd’hui ?

Les citoyens européens !!  Je pense qu’ils attendent de l’Europe qu’elle les laisse tranquille tout en les abreuvant de fonds pour leurs projets. Ils l’accablent de tous les maux mais ne font rien pour faire bouger les choses ; ils ne reconnaissent pas les bonnes choses que l’Europe signifie et accuse « Bruxelles » de faire n’importe quoi sans réaliser qu’ils ont un pouvoir d’influence, que l’Europe ce n’est pas « Bruxelles », mais eux.

Je pense aussi que l’Union peine à faire de la vraie communication et en reste au stade de l’information. Il ne suffit pas de fournir de bons outils d’information aux citoyens, encore faut-il leur dire que ces outils existent…

 

Penses-tu que l’UE fasse assez pour les jeunes et que souhaiterais-tu qu’elle fasse de plus pour toi ?

Oui, je pense que l’Europe en fait assez. Cependant, il faudrait que les dispositifs existants soient mieux connus des jeunes et mieux utilisés.

Pour moi, je voudrais que « l’initiative citoyenne » soit mise en place le plus rapidement possible et utilisée très souvent.

 

Qu’est-ce que ton pays peut apporter à l’Europe ?

Sa grande capacité à contester… et l’expérience accumulée depuis le début du projet européen. Les dirigeants français sont tous impliqués dans ce projet, quel que soit leur bord politique. L’Europe est une donnée acquise en France, même si elle est vivement critiquée son existence est une évidence qui n’est pas remise en cause (sauf par le FN).

 

Quelle personnalité actuelle incarne-t-elle le mieux l’Europe à tes yeux ?

Probablement José Manuel Barroso. Et Jacques Delors, même s’il n’est plus vraiment actuel.

 

Sais-tu ce qui fait l’actualité dans les autres pays européens ? Aimerais-tu qu’un média te présente cette actualité ?

Non, je ne le sais pas vraiment. Je m’informe surtout par la radio. Si une radio existe pour me présenter ces actualités je serai ravie de l’écouter. En fait je pense qu’un média existe déjà pour me fournir ces données, il faudrait juste que je le sache…

 

Pour conclure, quel est ton rêve européen ?

Pouvoir un jour abandonner mon passeport estampillé « République française » pour avoir un passeport estampillé « Europe ». Je pourrais toujours conserver une carte d’identité française… Pour moi ce serait la concrétisation de mon identité européenne.